Musei Capitolini

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

Salle des Horaces et des Curiaces Salle des Capitaines Salle de Hannibal Chapelle Salle des Tapisseries Salle des Triomphes Salle de la Louve Salle des Oies Salle des Aigles

Appartement des Conservateurs

Les salles qui le composent, au premier étage du palais, étaient utilisées par les Conservateurs pour les activités liées à leur bureau et elles constituent un complexe unitaire par fonction et décoration.
Dans ces salles avaient lieu, entre autre, les réunions Du Conseil Public et du Conseil Secret.
La riche décoration de ces pièces de représentation (fresques, stucs, plafonds et portes entaillés, tapisseries) a comme motif conducteur l’histoire ancienne de Rome, de la fondation à l’époque républicaine.
Le plus ancien cycle des fresques remonte au début du XVIe siècle.

A l’étage noble du Palais se trouvent les Salles de représentation des Conservateurs, qualifiées d’Appartement.
Elles constituent le noyau le plus ancien du Palais: quelques-unes des pièces gardent encore des parties du cycle de fresques exécutées au début du XVIe siècle, tandis que la décoration des autres salles a été renouvelée après l’intervention de Michel-Ange.

La décoration de l’Appartement dans son ensemble, tout en ayant été réalisée par interventions distinctes et successives, présente quand même un caractère d’unité exprimé par l’exaltation et l’éloge des vertus et de la valeur des Anciens.

Furent placées dans ces salles également les anciennes sculptures en bronze que le Pape Sixte IV donna en 1471 au peuple romain en vertu de leur valeur symbolique et en mémoire de la grandeur de Rome que le gouvernement pontifical songeait à renouveler et à raffermir. Le don des bronzes par Sixte IV est considéré comme étant l’ acte de fondation des Musées Capitolins, et depuis lors des œuvres d’art, des sculptures anciennes et des peintures d’inestimable valeur furent collectées au Capitole.

Salle des Tapisseries

Appartement des Conservateurs - Salle des tapisseries

La frise à fresque, représentant des scènes de la vie de Scipion l’Africain et enrichie par des reproductions de statues anciennes, a été exécutée vers la moitié du XVIe siècle avec le plafond en bois entaillé et doré. 
Au XVIIIe siècle un siège a été aménagé dans la salle un siège pour les visites du pape et la pièce a été décorée avec des tapisseries de l’atelier romain de Saint Michel ainsi que des meubles richement entaillés. 
Les cartons des tapisseries, exécutés par Domenico Corvi, représentent des épisodes historiques et légendaires de la Rome ancienne en reproduisant des peintures d’artistes importants, tels que Rubens et Poussin

La salle des Tapisseries est aussi qualifiée de Salle du Trône comme au XVIIIe siècle on y avait installé le trône du pontife qui était le souverain de la ville. 

Dans le courant de la seconde moitié du XVIIIe siècle, on commanda à la Manifattura Romana di San Michele (Manufacture romaine Saint-Michel) d’exécuter les précieuses tapisseries qui décorent les parois. La série de tapisseries représente d’importants paysages romains, mais aussi des bustes d’empereurs et des trophées d’armes.
Le peintre Domenico Corvi (1721-1803) réalisa les ébauches qui à l’heure actuelle sont gardées à la Pinacothèque Capitoline.
La décoration de la salle fut soignée dans le moindre détail, du socle en faux marbre aux portes de grande valeur jusqu’aux volets peints aux fenêtres. De très précieuses consoles en bois doré y furent également placées.

La salle garde l’ambiance qu’elle a acquise au XVIe siècle, suite aux travaux promus dans l’Appartement des Conservateurs sous le pontificat du Pape Paul III Farnèse (1534-1549).

En 1544 fut exécutée la frise en fresque, dans laquelle des panneaux représentant des scènes de la vie de Scipion l’Africain s’alternent à la reproduction monochrome de sculptures anciennes fort connues, dont le Laocoon, l’Apollon du Belvédère et l’Hercule en bronze doré.
Pendant les mêmes années fut réalisé le plafond en caissons hexagonaux portant de riches gravures dorées et des armes de prise, qui s’avèrent maintenant dans toute leur richesse après les récents travaux de restauration.

Tapisserie
Manifattura di San Michele, XVIIIe siècle
inv. PC329
Elément architectural
1544
Tapisserie
Manifattura di San Michele, XVIIIe siècle
inv. PC338

de nouveau au menu facilité.