Musei Capitolini

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

Salle des Horaces et des Curiaces Salle des Capitaines Salle de Hannibal Chapelle Salle des Tapisseries Salle des Triomphes Salle de la Louve Salle des Oies Salle des Aigles

Appartement des Conservateurs

Les salles qui le composent, au premier étage du palais, étaient utilisées par les Conservateurs pour les activités liées à leur bureau et elles constituent un complexe unitaire par fonction et décoration.
Dans ces salles avaient lieu, entre autre, les réunions Du Conseil Public et du Conseil Secret.
La riche décoration de ces pièces de représentation (fresques, stucs, plafonds et portes entaillés, tapisseries) a comme motif conducteur l’histoire ancienne de Rome, de la fondation à l’époque républicaine.
Le plus ancien cycle des fresques remonte au début du XVIe siècle.

A l’étage noble du Palais se trouvent les Salles de représentation des Conservateurs, qualifiées d’Appartement.
Elles constituent le noyau le plus ancien du Palais: quelques-unes des pièces gardent encore des parties du cycle de fresques exécutées au début du XVIe siècle, tandis que la décoration des autres salles a été renouvelée après l’intervention de Michel-Ange.

La décoration de l’Appartement dans son ensemble, tout en ayant été réalisée par interventions distinctes et successives, présente quand même un caractère d’unité exprimé par l’exaltation et l’éloge des vertus et de la valeur des Anciens.

Furent placées dans ces salles également les anciennes sculptures en bronze que le Pape Sixte IV donna en 1471 au peuple romain en vertu de leur valeur symbolique et en mémoire de la grandeur de Rome que le gouvernement pontifical songeait à renouveler et à raffermir. Le don des bronzes par Sixte IV est considéré comme étant l’ acte de fondation des Musées Capitolins, et depuis lors des œuvres d’art, des sculptures anciennes et des peintures d’inestimable valeur furent collectées au Capitole.

Salle des Triomphes

Appartement des Conservateurs - Salle des Triomphes

La frise à fresque qui court le long de la partie supérieure des murs, commandée à Michele Alberti et Jacopo Rocchetti en 1569, représente le triomphe de Lucius Aemilius Paullus sur le roi de la Macédoine Persée avec le Capitole et le Palais des Conservateurs sur le fond. 
Le plafond à caissons en bois est le seul conservé parmi ceux exécutés dans le Palais par Flaminio Bolonger. 
Dans cette salle sont recueillies certaines des grandes sculptures en bronze: Bruto Capitolino, el Spinario y lo Camillo

La salle tire son nom d’une fresque à cycle continu qui court tout au long du plafond et qui représente le triomphe célébré par le consul romain Lucius Aemilius Paullus sur Persée, roi de Macédoine ( en 167 avant J.-C. ). La fresque, exécutée par les peintres Michele Alberti et Jacopo Rocchetti en 1569, représente fidèlement la description de la cérémonie qui nous a été transmise par le récit de l’historien grec Plutarque, et dans laquelle pendant quatre jours au moins défilèrent les biens et les œuvres enlevés à l’ennemi au titre de butin de guerre. Les lieux et les palais de la Rome de la Renaissance font de toile de fond au défilé fastueux qui accompagne le vainqueur jusqu’au Capitole, qui peut facilement se reconnaître moyennant la représentation de la nouvelle façade du Palais des Conservateurs qui était bâti justement pendant ces années-là.

Les somptueuses processions triomphales sont évoquées également par le splendide vase en bronze gardé dans la salle. Sans doute l’œuvre est-elle arrivée à Rome en tant que butin des guerres de conquête du Ier siècle a. J.-C. en Orient. Une inscription gravée sur le bord porte le nom de Mithridate Eupator, roi du Pont entre 120 et 63 a. J.-C.

Entre autres, dans la salle sont exposés de précieux  bronzes anciens: dont le Spinario, dit aussi Cavaspina, qui représente un garçon dans l’acte de s’enlever une épine du pied, une œuvre éclectique du Ier siècle a. J.-C., ainsi que le Camille, dit aussi la Tzigane, qui représente un garçon préposé au culte. Les deux ouvrages furent donnés par Sixte IV en 1471. Le Brutus Capitolin est très remarquable: c’est l’un des plus anciens portraits romains et remonte au IVe ou IIIe siècle a. J.-C.. Il fut donné au Capitole en 1564.

Le plafond en bois fut exécuté en 1568 par le Bolonger; la récente restauration en a remis en lumière l’élégance des couleurs, ainsi que la richesse et la variété des gravures.

Vaiselle
120-63 av. JC.
inv. MC1068
Fresque
Michele Alberti et Jacopo Rocchetti, 1569
Sculpture
Ie siècle av. JC.
inv. MC1186
Sculpture
Ie siècle apr. JC.
inv. MC1184
Sculpture
IVe-IIIe siècle av. JC.
inv. MC1183

de nouveau au menu facilité.