Musei Capitolini

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

Salle des Horaces et des Curiaces Salle des Capitaines Salle de Hannibal Chapelle Salle des Tapisseries Salle des Triomphes Salle de la Louve Salle des Oies Salle des Aigles

Appartement des Conservateurs

Les salles qui le composent, au premier étage du palais, étaient utilisées par les Conservateurs pour les activités liées à leur bureau et elles constituent un complexe unitaire par fonction et décoration.
Dans ces salles avaient lieu, entre autre, les réunions Du Conseil Public et du Conseil Secret.
La riche décoration de ces pièces de représentation (fresques, stucs, plafonds et portes entaillés, tapisseries) a comme motif conducteur l’histoire ancienne de Rome, de la fondation à l’époque républicaine.
Le plus ancien cycle des fresques remonte au début du XVIe siècle.

A l’étage noble du Palais se trouvent les Salles de représentation des Conservateurs, qualifiées d’Appartement.
Elles constituent le noyau le plus ancien du Palais: quelques-unes des pièces gardent encore des parties du cycle de fresques exécutées au début du XVIe siècle, tandis que la décoration des autres salles a été renouvelée après l’intervention de Michel-Ange.

La décoration de l’Appartement dans son ensemble, tout en ayant été réalisée par interventions distinctes et successives, présente quand même un caractère d’unité exprimé par l’exaltation et l’éloge des vertus et de la valeur des Anciens.

Furent placées dans ces salles également les anciennes sculptures en bronze que le Pape Sixte IV donna en 1471 au peuple romain en vertu de leur valeur symbolique et en mémoire de la grandeur de Rome que le gouvernement pontifical songeait à renouveler et à raffermir. Le don des bronzes par Sixte IV est considéré comme étant l’ acte de fondation des Musées Capitolins, et depuis lors des œuvres d’art, des sculptures anciennes et des peintures d’inestimable valeur furent collectées au Capitole.

Salle des Oies

Appartement des Conservateurs - Salle des Oies

La décoration picturale de la salle a été exécutée au milieu du XVle siécle pendant le pontificat de Alexandre III Farnèse. 
Dans la frise de petits carrés aux scènes de jeux sur le fond de paysages réels ou fantastiques, alternent avec des trophées d’armes et des triomphes de fleurs et de fruits. 
Au XVIIIe siècle y ont été placés les deux canards en bronze auxquels la salledoit son nom, avec le vase en bronze en forme de buste d’Isis, et le buste de Méduse de Bernini.

Dès le XVIIIe siècle dans la salle sont exposés deux canards en bronze remontant à l’époque romaine. Traditionnellement, ils sont considérés comme étant plutôt des Oies, en mémoire des légendaires oies du Capitole qui, en donnant l’alarme par leurs cris, avaient sauvé Rome de l’envahissement des Gaulois.

La précieuse décoration en fresque de la pièce, tout comme le beau plafond en bois, remontent à l’époque du Pape Paul III (1534 - 1549), lorsque par un goût très raffiné furent abordés les travaux de finition des trois salles du Palais (Salle des Canards, Salle des Aigles et Salle des Tapisseries). Dans la frise peinte, des trophées d’armes, de fleurs et de fruits et des partitions portant décorations à grotesques s’alternent à de petites scènes de jeux anciens se déroulant dans des paysages romains tantôt réels, tantôt fantastiques. A noter surtout le panneau reproduisant l’image de la Place du Capitole bien avant les interventions de Michel-Ange et où l’on peut reconnaître, tout au fond, la Basilique Sainte-Marie d’Aracoeli.

La restauration récente du plafond en bois a remis en lumière le fond ancien ayant la "couleur de l’air" contre lequel se découpent des rosaces dorées en plusieurs formes, ainsi que des vases et des boucliers.

Au XVIIIe siècle furent introduites dans la salle des décorations en stuc doré qui encadrent des éléments aussi divers que des sculptures, des tableaux, des épigraphes, etc.
A la même époque, fut aussi placée dans la salle une sculpture de grande valeur: la Tête de Méduse du sculpteur Gian Lorenzo Bernini (1598-1680). L'œuvre représente très efficacement la légendaire Méduse au regard pétrifiant et à la grosse tête de serpents, obtenue par l’artiste à l’aide d’une transformation rustique du marbre.

Salle des Oies

Sculpture
Gian Lorenzo Bernini (1598-1680), 1644-1648
inv. MC1166
Vaiselle
IIIe siècle apr. JC.
inv. MC1170
Sculpture
inv. MC1165
Fresque
Troisième - quatrième décennie du XVIe siècle

de nouveau au menu facilité.