Musei Capitolini

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

The Santarelli Collection Salle des Fresques Salle du Fronton

Palais Clementino Caffarelli

Le Palais Caffarelli, y compris le noyau le plus ancien nommé Palais Clementino, a été inséré dans le parcours muséal depuis l’an 2000.
Les travaux de restauration ont permis, surtout pour les salles du Palais Clementino, de rétablir les dimensions originaires des pièces et de récupérer une partie des décors appartenants à l’étage noble du Palais.

Le noyau d’origine du bâtiment apparaît dans la seconde moitié du XVIème siècle sur le Capitole, où s’étendait la propriété de la noble famille des Caffarelli. La construction, adossée au Palais des Conservateurs, est représentée de toute évidence dans les plans de la ville de Rome dès 1593 ; à l’époque moderne elle a été nommée, improprement, Palais Clementino.
À cet ancien bâtiment appartiennent la salle des Fresques et les trois salles voisines, comme en témoignent les plafonds en bois à petits caissons et les morceaux de décorations murales découvertes au cours des restaurations, éléments subsistants d’un apparat décoratif rapportable à la même époque.

Salle du Fronton

Palais Clementino Caffarelli - Salle du Fronton

La recomposition du fronton en terre cuite de Via de San Gregorio, présentée dans une       exposition en 2002, a trouvé une place ici à l’intérieur du parcours muséal. 
Dans le haut-relief du tympan est représenté une scène de sacrifice en présence de trois divinités, Mars et deux déesses, célébré par un officiant en toge à qui trois servants au torse nu conduisent depuis les deux extrémités du fronton six animaux disposés sur deux files. 
Il reste aussi la partie de la corniche architectonique des versants du toit (sima du fronton), au centre de laquelle se superpose un petit relief avec le mythe d’Héraclès et Hésione.          

L'exposition propose une proposition de reconstitution de la décoration en terre cuite polychrome du fronton d’un temple romain de la moitié du IIème siècle. avant J.- C., découvert à la fin du dix-neuvième Via di San Gregorio, dans la vallée entre Palatin et Coelius, pendant les travaux pour la mise en chantier de grands égouts ; les terres cuites furent mises au jour dans la partie centrale de la route, en dessous d’une couche contenant les détritus de l’incendie de Néron de 64 après J.-C. 
Les nouveaux apports accentuent le caractère exceptionnel de cet ensemble, qui constitue l’exemple le plus complet de fronton fermé en terre cuite d’époque républicaine tardive d’un temple de la Rome antique.

Le haut-relief du fronton présente une scène de sacrifice à Mars et à deux divinités féminines, accompli par un célébrant en toge à qui sont amenés par des répondants torse nu six animaux disposés en deux files.
 Le sacrifice est représenté au moment suivant la phase initiale ( praefatio), quand étaient versés sur l’autel le vin et l’encens, immédiatement avant la consécration aux dieux des animaux ( immolatio), amenés vers le célébrant pour être aspergés avec une mixture spéciale d’épeautre et de sel ( mola salsa), aspergés avec du vin sur le museau et marqués symboliquement avec un couteau de la tête à la queue. La mise à mort avait lieu tout de suite après, suivie de l’offre sur l’autel des parties destinées aux dieux.

Un petit relief avec une représentation du mythe d’ Héraclès en lutte contre un monstre marin pour la libération d’ Hésione, fille du roi de Troie Laomédon et sœur de Priam, occupait le sommet du toit et était appliqué aux plaques centrales du bandeau godronné peint de couleurs vives qui ourlait les versants.

Elément architectural
Moitié du IIe siècle av. JC.
Elément architectural
Moitié du IIe siècle av. JC.

de nouveau au menu facilité.