Musei Capitolini

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

Cour Sale Égyptienne Vestibule Petites chambres au rez-de-chaussée Grand escalier Galerie Salle des Colombes Cabinet de la Vénus Salle des Empereurs Salle des Philosophes Salon Salle du Faune Salle du Gladiateur

Palais Neuf

Ce secteur muséal, malgré les changements subis au cours des siècles, a substantiellement conservé les caractéristiques de son aspect du XVIIIe siècle.
 Il est resté presque inchangé au niveau de la décoration des pièces, à la quelle s’est conformée aussi l’arrangement des sculptures et des inscriptions.
 Les précieuses sculptures anciennes sont pour la plus part originaires des collections privées de prélats et des nobles familles romaines.
 L’édifice, au contraire du Palais des Conservateurs à lui opposé, montre un équilibre symétrique des espaces et des éléments architecturaux.

Le Palazzo est dit Nuovo (Neuf) car il a été construit ex novo, d’après un projet de Michel-Ange, pour compléter le dessin de la place du capitole, en plus des palais qui existaient déjà le Palais du Sénat et le Palais des Conservateurs.
 Le musée fut inauguré en 1734, sous le pontificat de Clément XII, qui l’année précédente avait acheté, pour les collections du capitole, l’important recueil d’antiquités Albani, comprenant 418 sculptures. Ces œuvres s’ajoutèrent à celles déjà exposées au Belvédère du Vatican et données au Campidoglio par le pape Pie V en 1566, ainsi qu’à toutes les sculptures qui arrivaient chaque année sur la colline car ne trouvant pas de place dans le Palais des Conservateurs.
 Les collections sont encore exposées conformément aux concepts de l’époque du dix-huitième siècle.

Cour

Palais Neuf - Cour

Le mur au fond abrite dans sa grande niche centrale une grande fontaine avec une colossale statue de divinité fluviale, surnommée Marforio. 
Les trois grandes colonnes en granit gris, avec une frise en relief de prêtres égyptiens, sont originaires du sanctuaire d’Isis et Sérapis au Champ de Mars.

La cour s’ouvre avec le très bel effet scénographique de la fontaine de Marforio, œuvre romaine du II siècle après J.C., qui fut utilisée pendant le Rinascimento pour y afficher ce qu’on appelait les “pasquinate”, des compositions ironico-satiriques servant principalement de protestations contre le gouvernement du pape. La statue, dont le nom dérive par tradition de Martis Forum (Forum de Mars), était déjà connue au Moyen-âge, elle fut en effet décrite et dessinée près de l’arc de Septime Sévère, dans le Forum Romain ; elle arriva au Campidoglio en 1594.

Dans les niches du mur qui se trouve derrière, présentées comme une façade monumentale, il y a deux statues de Satyres de la Collection Della Valle, qui à l’origine étaient destinées à la décoration architecturale du théâtre de Pompée.
En haut se trouve l’ épigraphe illustrant la date de fondation du Musée en 1734 et la réalisation de la fontaine, il est surmonté du portrait du pontife Clément XII qui en fut le promoteur.

Dans la cour on a placé les colonnes de granit décorées en relief avec des scènes égyptiennes qui proviennent du temple d’Isis dans le Champ de Mars.

Elément architectural
Première époque impériale
inv. MC0002
Sculpture
D’après l’original d’époque hellénistique
inv. MC0004
Sculpture
Ier - IIe siècles apr. JC.
inv. MC0001
Elément architectural
Première époque impérial
inv. MC0013
Elément architectural
Première époque impériale
inv. MC0012

de nouveau au menu facilité.