Musei Capitolini

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

Faune en marbre rouge ancien
Sculpture
IIe siècle apr. JC. – D’après un originel du dernier hellénisme
Marbre rouge ancien
cm 167,5

Cette sculpture a été découverte en 1736. Sa restauration, longue et délicate, est l'œuvre de Clemente Bianchi et Bartolomeo Cavaceppi. Les nombreuses adjonctions modernes en marbre rouge grenat, présentant d'évidentes veines grisatres, n'ont substantiellement modifié ni la structure, ni le schéma iconographique antiques. Cette œuvre a suscité l'admiration des voyageurs et des rédacteurs des catalogues du musée dès 1746, date de son acquisition pour les collections capitolines. Le corps repose sur la jambe droite tandis que la gauche, conformément à l'original, est portèe vers l'avant, le pied tournè vers l'extérieur, pour suggérer un mouvement de danse. L'idée du mouvement est transmise de façon exceptionnelle, aussi bien par la légère rotation vers la droite que par la musclature présentant des masses très contractées le long du dos et sur les fesses, en plans obliques, au milieu desquelles se trouve une queue touffue reposant sur la fesse gauche. La partite haute du torse, qui porte la nebris (peau de faon) nouée sur l'épaule doite, présente des masses musculaires bien dessinées, les côtes sont bien évidentes. Le visage, encadré par de longs favoris bouclés, a des pommettes saillantes, et la bouche entrouverte laisse apercevoir les dents. Les orbites, vides, devaient probablement être complétées en métal ou en pierres dures. Les faunes avaient, entre autres propriétés, celle de féconder les troupeaux ed de les défendre contre les loups ; ils étaient associés à l'idée de riches récoltes, car ils étaient souvent représentés avec de grandes cornes d'abondance. Ces créatures, mises en rapport avec le culte de Dionysos, faisaient sans doute partie du cortège du dieu et sont représentées en état d'ivresse, en train de danser, sous forme de "luron" ed d'"ivrogne", compagnons de Dionysos, plus proches du monde humain et bien détachés de leurs lointaines origines démoniaques. Ce type d'image, sans doute utilisé pour décorer des horti ou l'on mettait l'accent sur les motifs bucoliques, se répandit dans la sculpture d'époque romaine à partir de modèles de l'hellènisme mur, vers la fin du II siècle avant J. -C.

Provenance: De Tivoli, Villa Adriana (1736)
Acquisition de données: Donné par Benedict XIV (1746)
Inventaire: inv. MC0657

de nouveau au menu facilité.