Musei Capitolini

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

Cour Sale Égyptienne Vestibule Petites chambres au rez-de-chaussée Grand escalier Galerie Salle des Colombes Cabinet de la Vénus Salle des Empereurs Salle des Philosophes Salon Salle du Faune Salle du Gladiateur

Palais Neuf

Ce secteur muséal, malgré les changements subis au cours des siècles, a substantiellement conservé les caractéristiques de son aspect du XVIIIe siècle.
 Il est resté presque inchangé au niveau de la décoration des pièces, à la quelle s’est conformée aussi l’arrangement des sculptures et des inscriptions.
 Les précieuses sculptures anciennes sont pour la plus part originaires des collections privées de prélats et des nobles familles romaines.
 L’édifice, au contraire du Palais des Conservateurs à lui opposé, montre un équilibre symétrique des espaces et des éléments architecturaux.

Le Palazzo est dit Nuovo (Neuf) car il a été construit ex novo, d’après un projet de Michel-Ange, pour compléter le dessin de la place du capitole, en plus des palais qui existaient déjà le Palais du Sénat et le Palais des Conservateurs.
 Le musée fut inauguré en 1734, sous le pontificat de Clément XII, qui l’année précédente avait acheté, pour les collections du capitole, l’important recueil d’antiquités Albani, comprenant 418 sculptures. Ces œuvres s’ajoutèrent à celles déjà exposées au Belvédère du Vatican et données au Campidoglio par le pape Pie V en 1566, ainsi qu’à toutes les sculptures qui arrivaient chaque année sur la colline car ne trouvant pas de place dans le Palais des Conservateurs.
 Les collections sont encore exposées conformément aux concepts de l’époque du dix-huitième siècle.

Salon

Palais Neuf - Salon

Le grand salon central conserve la décoration d'origine avec les parois et le plafond à caissons du XVIIIe siècle, en bois avec des dorures. 
Au milieu sont alignées des statues en marbre couleur, parmi lesquelles les deux centaures de Villa Adriana, signés par des sculpteurs grecs. 
D'autres remarquables sculptures, des statues d'empereurs et des répliques de chef d’œuvres par des artistes grecs, sont disposées le long des parois.

La “grande salle du milieu”, telle qu’on l’appelait au dix-huitième siècle, correspond, à cause de son ampleur et de son aspect monumental, à l’endroit le plus représentatif du Musée. À remarquer en particulier le très beau plafond à caissons, avec au centre le blason d’Innocent X Pamphili (1644-1655), responsable de l’achèvement du Palais, ainsi que le grand portail en arc, décoré de Victoires ailées, conçu par Filippo Barigioni dans la première moitié du XVIII siècle.

Cinq chefs d’œuvre en marbre noir ont été placés au milieu de la salle avec un effet de mise en scène très scénographique : aux deux extrémités les statues, plus petites que celles originales, de Zeus et Asclépios. Ces précieuses sculptures, qui firent leur entrée dans le Musée avec la collection Albani, furent retrouvées en 1711 lors des fouilles de la villa impériale d’Anzio, fréquentée par Néron et par Adrien.
 Au centre du groupe la statue colossale de basalte représentant Hercule enfant, avec ses attributs caractéristiques (les pommes d’or des Hespérides et la peau de lion) retrouvée sur l'Aventin et achetée par les Conservateurs en 1570.
 Sur les côtés les chefs d’œuvre de la série: les deux centaures en marbre gris-moiré, retrouvés dans la villa d’Adrien à Tivoli. Ces deux magnifiques sculptures, fruit d’une virtuosité et d’une technique extraordinaire en ce qui concerne le travail du marbre, sont signées par Aristéas et Papias, artistes d’Aphrodisie, en Carie (la Turquie actuelle), spécialisés dans la production de travaux en marbre pour les romains les plus riches. Le vieux centaure dont le visage exprime les tourments de l’amour et le jeune plus souriant, sont la représentation du sentiment amoureux durant les différentes époques de la vie humaine.

Le long des murs on a installé des œuvres d’art précieuses représentant des divinités, personnages de la mythologie et des portraits de statues.
 À remarquer en particulier:
 - la très belle Amazone, copie de la sculpture réalisée par Polyclète au V siècle avant J.C. pour le sanctuaire d’Éphèse, signée par le copiste Sosicles;
 - la statue monumentale du “ Chasseur”, portait d’un personnage romain du III siècle après J.C. qui reprend en ce qui concerne le corps des schémas dérivant d’un modèle classique relatif à Persée;
 - la grande statue-portrait d’Adrien (117-138 après J.C.), représenté comme Mars, avec casque et bouclier;
 - la copie impériale de Marc Aurèle et Faustine Mineure, immortalisés en tant que Mars et Vénus.
 Sur des étagères dans le haut, on a installé des portraits en buste d’empereurs et de personnages privés.

Palais Neuf - Salon

Sculpture
Copie de l'Apollon de l'Omphalos, attribué au sculpteur Kalamis (480-460 av. JC.) Collection Albani
inv. MC0638
Sculpture
Moitié du IIIe siècle apr. JC.
inv. MC0645
Sculpture
Aristeas e Papias, Età adrianea (117-138 d.C.)
inv. MC0656
Sculpture
Sosikles, Copia da originale di Policleto (V secolo a.C.)
inv. MC0651
Sculpture
D’après un originel grec de Skopas (IVe siècle av. JC.)
inv. MC0649
Sculpture
Époque d’Hadrien (117-138 apr. JC.)
inv. MC0646

de nouveau au menu facilité.