Musei Capitolini

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

Page d'accueil > Evénements > La reine Arsinoé
03/04 - 06/07/2008

La reine Arsinoé

Un portrait en bronze ptolémaïque de Mantoue à Rome
Palazzo dei Conservatori, Sala degli Arazzi

Les Musei Capitolini accueillent la magnifique tête en bronze de la reine ptolémaïque Arsinoé III, prêt temporaire du Museo Civico del Palazzo Te de Mantoue.

Du 3 avril au 6 juin 2008, les Musei Capitolini reçoivent pour la première fois à Rome, au Palazzo dei Conservatori, la magnifique Tête en bronze de la reine ptolémaïque Arsinoé III, prêt temporaire du Museo Civico del Palazzo Te de Mantoue. Il s’agit d’un échange entre les deux musées au titre duquel un certain nombre de chefs-d’œuvres des collections d’antiquités du Palazzo dei Conservatori, du Palazzo Nuovo et de la Centrale Montemartini de Rome ont été expédiés à Mantoue dans le cadre de l’exposition "La Force du Beau. L’art grec conquiert l’Italie".
L’événement est parrainé par la Sovraintendenza ai Beni Culturali de la Mairie de Rome en collaboration avec le Museo Civico di Palazzo Te de Mantoue.
Arsinoé III, fille de Ptolémée III et de Bérénice II, naquit en 246 ou 245 av. J.C. et régna sur l’Égypte de 220 à 204 av. J.C. Elle épousa entre fin octobre et début novembre 220 son frère Ptolémée IV, avec qui elle régna pendant seize ans et dont elle eut un fils, Ptolémée V. En 217 av. J.C., elle s’engagea personnellement lors de la bataille de Raphia en adressant aux soldats des exhortations enflammées qui s’avéreraient décisives pour l'issue de l’affrontement avec les troupes syriennes d’Antiochos III. Courage et énergique, elle manifesta son caractère fier et aristocratique dans son jugement fortement critique sur la conduite de vie et les inclinaisons de son époux, un homme décrit comme un être faible, insoucieux des affaires d’État, dont l’ineptie précipita le déclin de l’empire ptolémaïque. Arsinoé périt, victime des intrigues de la cour, pendant l'été 204 av. J.C., peu après la mort de son frère-époux. La foule, désespérée et furieuse, la vengea en mettant à mort ses assassins.
La grande variété d’œuvres célébrant son image témoigne de la popularité du personnage: des statues honorifiques, des monnaies, des portraits et des reliefs retrouvés principalement en Égypte et réalisés pendant sa vie et juste après sa mort. La production d'images posthumes semble s'inscrire, quant à elle, dans une stratégie de propagande précise du fils d'Arsinoé, le roi Ptolémée V qui entendait, à travers le culte de sa mère, légitimer et renforcer son propre pouvoir sous le signe de la continuité dynastique.
La précieuse tête féminine en bronze du Museo Civico de Mantoue est de dimensions légèrement supérieures au naturel (31 cm de haut) et représente un témoignage rarissime de portrait féminin d’époque hellénistique ayant survécu au naufrage de l’art antique du bronze. Cette magnifique sculpture est un cadeau fait à la ville de Mantoue par Giuseppe Acerbi, diplomate et collectionneur d'antiquités égyptiennes, consul général d'Autriche à Alexandrie d'Égypte de 1826 à 1834. On ignore l'endroit où elle fut retrouvée, mais sa provenance d’Égypte est hautement probable.
Caractérisé par un réalisme sobre et concis, le bronze reproduit avec objectivité les traits du visage de la reine en âge mûr, bien qu’en atténuant légèrement certains éléments de la physionomie que nous connaissons bien à partir des profils reproduits sur des pièces de monnaie de l'époque. Le modelage raffiné de la tête, appartenant peut-être à une statue honorifique réalisée après la mort de la souveraine, inscrit la statue dans le panorama de l’art du portrait en bronze de l’hellénisme alexandrin exercé entre la fin du IIIe et le début du IIe siècle av. J.C. par d'habiles maîtres installés en Égypte.
Du point de vue de la qualité formelle, le portrait présente quelques simplifications significatives qui inclinent à penser qu’il ne fut pas réalisé dans le milieu de la cour. Il est plus raisonnable de supposer que la sculpture, inspirée peut-être d’un modèle officiel, ait été commandée par un particulier de classe sociale élevée dans le climat de revitalisation du culte de la reine Arsinoé III instauré par son fils Ptolémée V.
C’est donc une statue de grande valeur historique que vont pouvoir admirer les visiteurs des Musei Capitolini grâce à la généreuse collaboration du Directeur du Museo Civico di Palazzo Te Ugo Bazzotti et du Président du Centro Internazionale d’Arte e Cultura Enrico Vocero.
Au même moment, un certain nombre d’œuvres des Musei Capitolini seront exposées au Palazzo Te à partir du 29 mars 2008 dans le cadre de l'exposition La Force du Beau, conçue et dirigée par Salvatore Settis. À citer notamment le Tireur d’Épine (Spinario) en bronze, don de Sixte IV au peuple de Rome en 1471 conservé depuis au palais du Capitole. Un échange culturel et artistique de haut profil pour la connaissance et la mise en valeur d’un patrimoine culturel commun.

Catalogue

Palombi Editori

Informations

Lieu
Musei Capitolini, Palazzo dei Conservatori, Sala degli Arazzi
Horaire

mardì - dimanche 9.00 - 20.00
La billetterie ferme une heure avant
Jours de fermeture Lundi, 1 mai

Billet d'entrée

Billet unique intégré comprenant entrée aux Musei Capitolini et à l’exposition Mémoire de l’antique. Sculptures, porcelaines et objets d’ameublement à l’époque du Grand Tour
€ 8,00 tarif entier et € 6,00 tarif réduit
Billets et réservations

Informations

060608 tous les jours 9.00 - 22.30

Autres informations

Ente promotore Comune di Roma Sovraintendenza ai Beni Culturali
In collaborazione con Museo Civico di Palazzo Te di Mantova

Organisation

Zètema Progetto Cultura

Avec la collaboration de

Banche Tesoriere del Comune di Roma: BNL, Banca di Roma, Monte dei Paschi di Siena
Vodafone

Avec la contribution technique de

La Repubblica

Salle de presse

application/pdf Cartella Stampa (130,54 kB)

de nouveau au menu facilité.